«Inventons un futur différent». Entretien avec Hervé Le Treut

Hervé Le Treut, climatologue, a pris son bâton de pèlerin pour scanner la Nouvelle Aquitaine dans sa biodiversité. Un précieux outil pour la prise de décisions pérennes.

«Moins on avance dans les solutions, plus on essaie de rendre anxiogène la question du réchauffement climatique». Le climatologue français Hervé Le Treut, directeur de l’Institut Pierre Simon Laplace et membre de l’Académie des sciences, se dit davantage préoccupé par l’anxiété globale générée par ce phénomène planétaire que par le climato-scepticisme entretenu par des voix toujours plus minoritaires. Quand il entend parler d’une économie qui doit impérativement se décarboner, le cadre supérieur décèle une opportunité, mais d’autres plus nombreux y voient un risque de perte d’emploi. «Nous avons finalement trop bien réussi à faire passer le message d’une catastrophe imminente et beaucoup de gens y sont sensibles sans qu’on leur offre des solutions crédibles et consensuelles», souligne Hervé Le Treut qui a été impliqué dans le comité du suivi de la COP 21.

Sur le terrain de La Nouvelle Aquitaine

Entre le déni et un militantisme qui joue son rôle nécessaire de protestation, il y a besoin d’une réflexion approfondie, fondée sur un diagnostic scientifique, qui ouvre la voie à des solutions pérennes comprises et acceptées. Fort de cette conviction, Hervé Le Teut s’est focalisé sur sa région d’origine, la Nouvelle Aquitaine, «un territoire qui a une échelle suffisante pour envisager ce que doit être la gestion de priorités contradictoires face au changement climatique, et la science nécessaire à des prises de décisions concrètes. Comme par exemple le choix de défenses à établir pour protéger le littoral, ou les principes de partage de la ressource en eau». Deux gros livres sur l’état des lieux, soigneusement édités, ont été présentés aux élus et au grand public, en 2013 et 2018, grâce au travail d’un collectif de plusieurs centaines de personnes. Leur relai prend des formes variées: documents pédagogiques, «formations de formateurs», présentations dans les universités, site WEB, visite de quatorze villes lors d’une tournée en octobre et novembre 2018.  AcclimaTerra veut contribuer à un but bien plus large: «inventer un futur différent».

Impliquer l’ensemble du tissu social

Les initiatives individuelles (circuler à vélo, trier ses déchets, isoler sa maison) jouent un rôle nécessaire et novateur mais elles ne suffisent pas. Les acteurs publics et privés doivent aussi imaginer des solutions durables qui touchent tous les domaines, du transport à l’agriculture en passant par l’éducation. Il est ainsi plus facile de renoncer à sa voiture si son lieu de travail se trouve à proximité de son domicile. «L’ensemble du tissu social est concerné dans cette transition écologique et solidaire».

Pour stabiliser le climat à un niveau de réchauffement de 2 degrés Celcius, il faudra selon beaucoup de modèles passer avant la fin du siècle par une phase de zéro émission de GES sur tout le globe, en n’utilisant donc plus aucune énergie fossile, ce qui est impossible à réaliser dans les conditions actuelles. Développer de nouvelles technologies devient une priorité. «Les pays qui auront massivement investi dans ces dernières domineront la planète», souligne Hervé Le Treut. «Que les Européens ne ratent pas le coche!»

L’irrémédiable perte de notre patrimoine

Ce que redoute ce spécialiste de la simulation numérique du climat, c’est la perte irrémédiable de notre patrimoine vivant. «Nous ne serons pas capables de reconstruire la biodiversité». Il craint aussi l’émergence de conflits non maîtrisés, résultant du caractère injuste des évolutions climatiques à venir. Risquons-nous en retour une dictature écologique? «Ce serait la pire des solutions, à l’image de Gribouille se jetant dans son bain pour ne pas être mouillé».

Quant à Zoein, Hervé le Treut apprécie que cette fondation essentiellement francophone soit située hors de France, lui offrant ainsi un autre regard. Avec la mission de passer de l’indispensable diagnostic à l’action réfléchie. PLB