1

La Chine, le changement climatique et l’autoritarisme environnemental

Par Mark Beeson

 

Les différents états réagissent au défi du changement climatique de manière contrastée, notamment en raison des forces politiques nationales qui façonnent leurs politiques. Dans de nombreuses démocraties libérales, le débat sur le changement climatique s’est fortement politisé depuis que de puissants lobbyistes et des intérêts particuliers ont mis à profit des systèmes politiques pluralistes et concurrentiels pour faire avancer et présenter leurs intérêts particuliers (Dunlap et McRight 2011; Orsekes et Conway 2010). Cela a rendu très difficile l’élaboration d’un consensus sur les mesures d’atténuation possibles, sur les actions efficaces pour remédier aux impacts bien connus du changement climatique, dans des endroits comme les États-Unis, où Donald Trump a nommé d’anciens lobbyistes de l’industrie du charbon pour diriger la principale agence environnementale du pays (Brady et Eilperin 2018). À tout le moins, l’attitude de l’administration Trump à l’égard du changement climatique est un coup porté aux espoirs et aux attentes de ceux qui croient que les systèmes démocratiques sont les mieux placés pour diriger les efforts nationaux et internationaux visant à relever le défi de ce qui est sans doute le plus grand problème du monde (Stevenson et Dryzek 2014).

La Chine représente l’exemple et le test par excellence d’une réponse potentiellement très différente pour faire face au changement climatique et à la dégradation de l’environnement. L’approche non démocratique de la politique publique de la Chine est de plus en plus associée à une forme « d’autoritarisme environnemental » (Beeson 2010), ou ce que Gilley (2012 : 288) appelle « un modèle de politique publique qui concentre l’autorité dans quelques agences exécutives dirigées par des élites compétentes et non corrompues qui cherchent à améliorer les résultats environnementaux. » Cet article examine dans quelle mesure l’expérience chinoise correspond à ce modèle et dans quelle mesure l’État chinois répond efficacement au défi du changement climatique et de la dégradation de l’environnement. La question est de savoir si un État autoritaire est potentiellement mieux à même de prendre les décisions éventuellement difficiles qui pourraient s’avérer nécessaires pour résoudre ces problèmes alors même que nombre de ses homologues démocratiques ont jusqu’à présent échoué. Avant d’aborder cette possibilité, je replace la discussion dans le contexte de certains débats de longue date sur l’autoritarisme et les contextes politiques et économiques dans lesquels s’inscrit la politique environnementale.

LA POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DANS SON CONTEXTE

On observe fréquemment que nous avons besoin de deux planètes plutôt que d’une seule pour soutenir les modes de vie « occidentaux » (WWF 2012). En bref, il existe une distorsion fondamentale largement reconnue entre la capacité de charge de l’environnement naturel et l’impact des activités humaines sur la biosphère. La nature de cet impact a été largement détaillée ailleurs et n’a pas besoin d’être approfondie ici (voir GIEC 2007). Il convient d’emblée d’insister sur le fait qu’il existe une tension potentiellement insoutenable et incompatible entre les objectifs d’un développement économique rapide et d’un environnement vivable. À cet égard, l’expérience de la Chine met en lumière ce que les marxistes pourraient qualifier à juste titre de « contradiction » profonde, à laquelle les dirigeants de la République populaire de Chine doivent faire face s’ils veulent maintenir la stabilité sociale et leur place au sommet du système politique autoritaire de la Chine.

On pourrait supposer que le système politique chinois du haut vers le bas, qui n’a pas de comptes à rendre et ne répond pas à l’électoralisme est particulièrement mal équipé pour répondre aux préoccupations environnementales. Après tout, il existe une littérature riche et influente qui souligne l’importance potentielle des forces du marché et/ou de la démocratie – en particulier la variété délibérative – dans la réponse au changement climatique et à la dégradation de l’environnement (voir Newell 2012 ; Bohman 1998). Pourtant, il existe depuis longtemps une autre théorie politique orientée sur l’environnement qui soutient que les régimes autoritaires peuvent présenter des avantages particuliers par rapport à leurs homologues démocratiques, en particulier lorsque les pressions écologiques deviennent de plus en plus fortes.

Dès les années 1970, Robert Heilbroner suggérait que des « limites à la croissance » imposées par l’environnement mineraient le capitalisme avec des conséquences politiques désastreuses. Pour Heilbroner (1974 : 47), « une certitude ultime au sujet du problème de la détérioration de l’environnement » permettait de le distinguer de tous les autres problèmes. Au cœur de ce système se trouvait un système capitaliste expansionniste, qui avait besoin d’être réformé et maîtrisé. De l’avis de Heilbroner, cependant, la transformation nécessaire du mode de production capitaliste « dépassera probablement les capacités des démocraties représentatives » (Heilbroner 1974 : 90). À long terme, conclut Heilbroner, seul le socialisme semblait capable d’harmoniser le comportement humain et l’environnement naturel. William Ophuls (1997 : 276-7) a adopté un point de vue tout aussi pessimiste et en est venu à des conclusions semblables : pour éviter une calamité écologique, a soutenu M. Ophuls, « nous devons apprendre encore une fois à gouverner, contrôler, guider, diriger et contenir des individus qui se comporteraient autrement de façon égoïste et destructrice, pour les obliger à respecter les intérêts et besoins des communautés humaines et naturelles dont ils sont membres. »

Le choix du moment est essentiel dans ces débats, et l’échec de certaines de ces prévisions à court terme a beaucoup contribué à miner leur crédibilité. Et pourtant, il est important de se rappeler que lorsque le Club de Rome a publié son étude historique sur les limites possibles de la croissance (Meadows et al. 1974), à l’exception notable du Japon, l’industrialisation et la croissance économique rapide étaient encore largement des phénomènes occidentaux et la population mondiale n’était « que » de quatre milliards. Aujourd’hui, cependant, avec l’essor des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) en général et de la Chine en particulier, la situation semble très différente et certaines des préoccupations antérieures semblent plus visionnaires qu’alarmistes. Par conséquent, un certain nombre d’observateurs ont envisagé la possibilité que des réponses autoritaires au défi du changement climatique puissent s’avérer plus efficaces (Shearman et Smith 2007) ou plus probables à mesure que l’environnement se détériore et que la nécessité de réagir ou du moins de contrôler les retombées sociales s’accroît (Beeson 2010). Avant d’examiner dans quelle mesure la Chine peut être efficace ou non pour relever ces défis, il est important de préciser les contraintes politiques et économiques auxquelles elle doit faire face si elle veut avoir un impact. Ironiquement, bon nombre de ces contraintes ont peut-être été identifiées plus clairement par les érudits marxistes.

L’ÉCONOMIE POLITIQUE DE LA POLITIQUE CLIMATIQUE 

Bien que la Chine soit encore communément désignée comme un pays « socialiste », elle est devenue l’un des exemples les plus réussis du développement capitaliste dans le monde. Deux mises en garde s’imposent cependant ici. Tout d’abord, et de façon plus immédiate, la définition du succès dans ce cas est quelque peu limitée et tourne autour de l’expansion remarquable de l’activité économique en Chine et de l’élévation du niveau de vie qui en a découlé. C’est une réussite qui a donné aux dirigeants « communistes » autoritaires chinois une autorité et même une légitimité qu’ils n’auraient pas eue autrement, bien sûr (Yang et Zhao 2015). La deuxième mise en garde découle de ce point : Le « capitalisme chinois » est très différent du modèle libéral et orienté vers le marché qui prévaut dans une grande partie de l’Occident, une réalité qui a des conséquences majeures pour l’économie et la politique en Chine.

Malgré toutes ses « efficacités » incontestables et sa capacité à générer de la croissance, le capitalisme, quel qu’il soit, génère un ensemble complexe de relations économiques, sociales et politiques d’une ampleur sans précédent et d’un impact concomitant sur l’environnement naturel. Certes, les sociétés « socialistes » industrialisées ont infligé un tribut similaire à la Chine sous Mao (Shapiro 2001), mais le capitalisme crée des structures incitatives et des modes de vie qui semblent particulièrement incompatibles avec des résultats écologiques durables, en particulier lorsque la production orientée vers le marché est devenue le modèle par défaut des organisations économiques dans le monde.

L’incompatibilité potentielle entre la logique interne et expansionniste du capitalisme et un environnement durable, que de nombreux chercheurs radicaux contemporains soulignent, est difficile à établir (Foster et al. 2010). Dans un monde aux ressources limitées, un ordre économique fondé sur des niveaux de production et de consommation toujours plus élevés – du moins dans les pays « développés » – est par définition non durable. Comme le souligne Wolfgang Streek, « le fait connu depuis longtemps que le capitalisme s’épanouit, non pas en couvrant les besoins existants, mais en en en suscitant de nouveaux – que la croissance capitaliste exige une gestion permanente de la demande – non seulement dans un sens quantitatif, mais aussi qualitatif – devrait être reconnu comme de plus en plus critique » (Streeck 2012 : 13). Il s’agit d’un nouveau problème auquel les dirigeants chinois commencent à s’attaquer. Cette réaction a été rendue particulièrement urgente par les attentes croissantes du peuple chinois et les demandes tout aussi insistantes des partenaires commerciaux mécontents qui exigent que la Chine « rééquilibre » son modèle de développement pour donner la priorité à la consommation intérieure (Vermiren 2013). Même des observateurs sophistiqués et influents, tels que Martin Wolf du Financial Times, ont salué l’augmentation de la consommation en Chine (Wolf 2018a), tout en reconnaissant que l’inaction « honteuse » en matière de changement climatique a été dénoncée (Wolf 2018b).

Le capitalisme peut se présenter sous de nombreuses formes, mais sa dynamique interne essentielle, axée sur le profit et la consommation, constitue un obstacle institutionnalisé à la réforme. Les discussions sur le changement climatique ne sont pas seulement influencées par les types d’interventions directes et politisées notées au départ, mais parce que certains acteurs jouissent d’un « pouvoir structurel » beaucoup plus durable que d’autres (Bell 2012). Il s’agit d’un phénomène largement reconnu dans la plupart des études occidentales (Lindblom 1977), mais qui a eu peu d’impact en Chine, où l’étude de l’économie politique reste relativement peu développée, notamment en raison des sensibilités aiguës quant au rôle de l’État (Zhu et Pearson 2013). Néanmoins, la distinction entre économie de marché « coordonnée » et « libérale » dans la littérature sur les « variétés de capitalisme » met en lumière une réalité institutionnalisée importante qui, en théorie du moins, laisse entrevoir que la forme du capitalisme dominée par l’État chinois pourrait être mieux à même de réaliser des réformes majeures du type que Heilbroner et Ophuls jugeaient nécessaires, mais peu probables dans des démocraties libérales (voir Hall et Soskice 2001).

Toutefois, la Chine n’est pas à l’abri du même genre d’intérêts puissants qui ont rendu la lutte contre les changements climatiques si problématique dans la plupart des pays occidentaux. Dans le cas de la Chine, comme nous le verrons, de nombreux acteurs, allant des citoyens ordinaires et des administrations locales aux entreprises d’État stratégiquement importantes, dépendent d’un paradigme de croissance continue qui rend politiquement difficile tout retrait du développement économique à grande vitesse. Ironiquement, après s’être engagés avec tant de succès et de surprise sur la « route capitaliste » autrefois décriée, les dirigeants chinois se trouvent donc confrontés exactement aux mêmes types de problèmes et de dilemmes que leurs homologues occidentaux. Il y a bien sûr une différence cruciale : contrairement aux dirigeants des démocraties libérales, l’élite dirigeante chinoise n’est pas directement responsable devant l’ensemble de la population, et ses actions ne sont pas aussi potentiellement limitées. La question est donc de savoir si ce mode de gouvernance autoritaire différent offre réellement de meilleures perspectives pour faire face à la liste croissante des problèmes environnementaux de la Chine.

LA CHINE ET L’ÉVOLUTION DE LA POLITIQUE DU CHANGEMENT CLIMATIQUE  

Aucun pays ne met autant en évidence la tension entre un développement économique sans contrainte et des contraintes écologiques implacables que la Chine, comme le démontrent les troubles sociaux croissants à Pékin et dans d’autres villes fortement polluées (Haas 2016). La question clé pour la Chine et le monde est de savoir si un paradigme d’industrialisation mis au point par l’Occident est encore réalisable et durable du point de vue environnemental à l’échelle et au rythme auquel la Chine est en train de se développer actuellement. Plus fondamentalement, le système politique chinois peut-il faire face aux défis écologiques et sociaux combinés que son modèle de développement génère ?

L’impact national et international de l’expansion économique de la Chine sur l’environnement est largement reconnu et compris, mais il vaut la peine de répéter ce qui est en jeu et sa nature historique sans précédent. Comme Liu et Diamond (2005: 1185) le signalent, « le respect par la Chine des normes de consommation des pays développés doublera approximativement l’utilisation des ressources humaines et l’impact environnemental dans le monde. Mais on doute que même l’utilisation actuelle des ressources humaines et son impact sur le monde puissent être maintenus. Il faut renoncer à quelque chose ou changer. C’est pourquoi les problèmes environnementaux de la Chine sont ceux du monde entier. »

Une litanie de statistiques qui donnent à réfléchir témoigne de cette affirmation, elles détaillent à la fois l’appétit vorace de la Chine pour les ressources naturelles comme le charbon et la baisse de plus en plus marquée de la qualité de l’air, de l’eau et du sol, l’élément même de la vie, en fait (Economy 2004 ; Cooper 2008). Mais il est évident que la montée en puissance matérielle de la Chine a aussi le potentiel de sous-tendre des changements significatifs dans la manière dont la politique internationale est conduite et les objectifs vers lesquels les efforts de collaboration internationale sont orientés. En effet, les négociations avortées menées lors de la conférence sur les changements climatiques parrainée par les Nations Unies à Copenhague ont clairement montré que, même si la Chine n’est peut-être pas en mesure de jouer un rôle moteur (Beeson 2013), elle a la capacité d’empêcher qu’un accord soit conclu (Christoff 2010). Depuis, cependant, les rôles se sont considérablement inversés, l’administration Trump se retirant de l’Accord de Paris et la Chine se positionnant comme une « partie prenante responsable » et championne de la coopération internationale. Dans un climat de tensions commerciales croissantes et de détérioration des relations avec l’administration Trump, on doute cependant de plus en plus de la capacité de la Chine à conserver ce rôle (Li 2018). Comme nous le verrons, la politique intérieure de la Chine continue d’exercer une influence contraignante sur ce que les responsables de sa politique étrangère peuvent envisager et encore moins réaliser.

Mais avant d’essayer d’expliquer la dynamique complexe de l’élaboration des politiques chinoises, il est important de souligner une chose au départ, qui devrait aller de soi, mais qui n’est souvent pas prise en compte : la Chine a une histoire unique et un contexte politique particulier, ce qui signifie que sa trajectoire de développement est différente de celle de tout autre État. On pourrait peut-être prétendre la même chose de n’importe quel pays, mais non seulement la théorisation de la politique du changement climatique est souvent ahistorique, mais elle est aussi généralement fondée sur un éventail limité d’expériences « occidentales ». Un eurocentrisme malheureux imprègne encore une grande partie de la littérature qui traite du développement international, de la politique et du changement climatique – malgré la nature clairement mondiale de toutes ces questions (Hobson 2012). Si nous ne tenons pas compte de la base très différente de la politique nationale dans des pays comme la Chine, nous ne parviendrons pas à reconnaître certains des obstacles fondamentaux à la coopération internationale et à l’atténuation ou la possibilité que les modèles actuels et futurs de politique climatique ne reproduisent pas nécessairement ce qui, de toute façon, est souvent une expérience occidentale idéale.

LE CONTEXTE NATIONAL 

L’importance interconnectée de la politique et de l’économie est particulièrement pertinente dans un contexte chinois. Non seulement le « développement inégal » du capitalisme dans le monde et en Chine elle-même a créé des problèmes et des contradictions majeurs (Smith 2008 ; Wang et Hu 1999), mais l’expérience historique de développement de la Chine signifie que les forces politiques et économiques sont étroitement liées de manière à façonner également la politique environnementale. En effet, le point de comparaison central à souligner dans ce contexte est que l’histoire de la Chine a été assez différente de celle de l’Occident et ne montre aucun signe de convergence vers une quelconque forme de modèle occidental dans un avenir prévisible. Au contraire, l’une des contradictions et l’un des paradoxes les plus frappants de l’histoire récente de la Chine est, qu’en dépit du fait qu’une classe capitaliste très performante commence à dominer l’activité économique dans la « République populaire », cette classe a montré peu de volonté collective de promouvoir le libéralisme politique qui était la marque de la transition européenne au capitalisme quelque 200 ans auparavant (Tsai 2007).

L’expérience historique unique de la Chine mérite d’être soulignée pour deux autres raisons. Premièrement, l’une des raisons pour lesquelles l’expansion de la classe capitaliste chinoise n’a guère contribué à la libéralisation politique, c’est du moins en partie parce que la Chine a adhéré à la tradition de développement économique de l’Asie de l’Est. De puissants États « interventionnistes » ont été la norme, en particulier en Asie du Nord-Est, et ils ont en conséquence souvent joui d’une bonne « légitimité de performance » (Beeson 2014). Il est frappant de constater que les enquêtes d’opinion populaires qui existent en Chine montrent régulièrement des niveaux de satisfaction plus élevés dans la population générale qu’aux États-Unis ou en Europe occidentale (Tang et al. 2013). Il est également évident que de nombreuses personnes sont globalement satisfaites de leur niveau de vie et semblent disposées à faire le compromis implicite entre développement économique et émancipation politique (Han 2012). De toute évidence, les pressions environnementales pourraient changer la donne, mais même dans ce cas, il est loin d’être certain que cela annoncera un virage vers la démocratie ou une attitude plus inclusive à l’égard des politiques publiques. En effet, une deuxième raison de mettre l’accent sur la trajectoire originale de développement de la Chine est qu’il n’y a pas d’histoire démocratique en Chine continentale et que la société civile reste relativement sous-développée et étroitement contrôlée. Avant même que Xi Jinping ne s’engage dans une politique de centralisation du pouvoir et de surveillance étroite de la dissidence (Lampton 2015 ; Ringen 2016), Lo (2010 : 1016) argumentait que « le discours chinois sur le changement climatique est très pragmatique et dominé par les acteurs gouvernementaux.  Les forces sociales de l’opposition sont peut-être encore moins influentes en Chine que dans d’autres grands pays en développement. »

Bien sûr, les choses pourraient changer, peut-être brusquement. De nombreux observateurs se sont demandé si le Parti communiste chinois (PCC) pouvait maintenir son emprise sur le pouvoir alors que sa raison d’être idéologique a disparu depuis longtemps et que sa fonction première a été de superviser la gestion de l’économie et la constellation des intérêts économiques et politiques des élites qui la composent (Brødsgaard 2012 ; Li 2012 ; Shambaugh 2016). C’est dans ce contexte que les questions environnementales représentent généralement une menace profonde pour l’ordre existant, comme partout ailleurs. Ce qui donne à ces questions un caractère particulièrement immédiat en Chine, c’est à la fois la détérioration bien documentée de l’environnement lui-même et l’impact potentiel que cela pourrait avoir sur l’activité économique. La principale préoccupation ici est que les problèmes environnementaux de la Chine deviennent si graves qu’ils « pourraient mettre le pays à genoux sur le plan économique » (Economy 2004 : 25).

Les problèmes environnementaux de la Chine sont, comme tout ce qui concerne le pays, d’une ampleur épique. Les récents problèmes de qualité de l’air dont on a beaucoup parlé ne sont que les derniers d’une série de problèmes en matière de pénuries d’eau, d’érosion des sols et de pollution qui, littéralement, privent les citoyens d’années de vie (Silk 2013). Ce qui rend le cas de la Chine particulièrement important à cet égard n’est cependant pas simplement l’ampleur du problème, mais la réponse que cette situation a déclenchée de la part de l’État. L’un des grands paradoxes du régime autoritaire en Chine est ce qui a été décrit comme sa nature « fragmentée » (Lieberthal 1992). Si le système politique chinois peut sembler monolithique, il cache des rivalités interagences, des politiques entre factions et une concurrence intense sur la nature de la politique. Comme dans une grande partie du monde, « l’échec des politiques environnementales est lié à la domination des institutions de politique économique sur les institutions de politique environnementale » (He et al. 2012 : 35). En conséquence, les politiques environnementales peuvent parfois sembler plutôt schizophrènes et contradictoires. D’une part, la Chine est devenue le premier investisseur mondial dans les énergies renouvelables (Davidson 2018) ; d’autre part, cependant, la politique continue d’être fortement influencée par les compagnies d’électricité, l’industrie pétrolière et les puissantes industries publiques qui s’opposent à la réforme. Ces entreprises ont soit ignoré les directives du gouvernement, soit utilisé leurs positions au sein de divers comités pour diluer elles-mêmes les réformes (Wong 2013).

Les événements récents ont rendu les élites chinoises très conscientes du potentiel de l’environnement à créer des troubles sociaux, surtout compte tenu de l’importance croissante des médias sociaux (Hille 2013). Le Premier ministre Li Keqiang’s (2014 : 29-30) a reconnu que « la pollution de l’environnement est devenue un problème majeur, qui est la mise en garde de la nature contre le modèle de développement inefficace et aveugle », dans son discours devant le douzième Congrès national du peuple. Non seulement les dirigeants chinois semblent de plus en plus disposés à reconnaître l’ampleur du problème, mais comme Xi Jinping est largement considéré comme le président le plus puissant depuis Deng Xiaoping (Wong 2018), il a le potentiel d’agir d’une manière qui aurait pu échapper à certains de ses prédécesseurs plus contraints par leur faction. Ce n’est toutefois pas une garantie que ce pouvoir soit utilisé de manière constructive. Au contraire, non seulement les dirigeants chinois semblent préoccupés par les revendications territoriales et les rancunes historiques avec leurs voisins (Callick 2018), mais l’une des principales réponses à la pollution le long de la côte densément peuplée, est de déplacer les industries fautives vers l’extrême Ouest (Scott 2014).

Il est également important de noter le rôle contradictoire que jouent la société civile et les médias sociaux chinois de plus en plus influents dans l’élaboration de la politique publique et étrangère. Bien que les médias sociaux aient joué un rôle important en soulignant l’ampleur des problèmes environnementaux de la Chine (Hook 2013), ils exercent également des pressions sur les dirigeants chinois pour qu’ils défendent ce qu’ils considèrent comme les intérêts de la Chine dans les conflits régionaux. Dans de telles circonstances, les forces nationalistes peuvent être difficiles à contrôler et leur intégration dans les relations internationales peut se faire manière imprévisible et potentiellement déstabilisatrice (Weiss 2013). Le rôle international de plus en plus influent de la Chine pourrait par conséquent gagner plus d’importance qu’en perdre.

L’IMPACT INTERNATIONAL DE LA CHINE  

Il est intéressant et constructif de se pencher sur ce contraste avec une grande partie du reste du monde – en particulier avec les démocraties occidentales où les puissants intérêts en place empêchent le passage à une économie plus durable (Gabbatiss 2018) –, où l’échec des mécanismes du marché rend l’investissement dans les énergies renouvelables moins attrayant (Yeates et Latimer 2018). À tout le moins, ce contraste soulève des questions importantes et troublantes sur le système politique qui a le plus de chance de faire face aux changements climatiques dans le peu de temps dont nous disposons. D’un côté, par exemple, les responsables chinois peuvent à juste titre affirmer que la « politique de l’enfant unique », qui a suscité tant de commentaires négatifs en Occident, représente une contribution profondément importante et inégalée à l’atténuation des changements climatiques mondiaux (Goodenough 2009). Sans elle, la population de la Chine pourrait compter plus de 400 millions d’habitants supplémentaires, et son impact national et international serait encore plus important qu’actuellement.

À un autre niveau, bien sûr, l’impact de la Chine a été très différent, et elle s’est surtout distinguée par son rôle d’obstruction dans les négociations sur le changement climatique. La Chine a fait l’objet de nombreuses critiques à la suite de l’échec du sommet de Copenhague sur les changements climatiques. Aujourd’hui, cependant, les choses semblent plutôt différentes. En partie à cause de ces critiques et en partie à cause de l’absence de leadership de l’administration Trump, la Chine est devenue un acteur majeur dans les négociations sur les changements climatiques (Hook and Hornby 2018). Il s’agit là d’une évolution remarquable, étant donné que la Chine est devenue récemment un acteur important dans les forums multilatéraux de ce type. Il est également important de reconnaître qu’il existe un nombre croissant d’influences nationales sur le processus d’élaboration de la politique étrangère (Jakobson et Knox, 2010). Ironiquement, la capacité de divers groupes comme les gouvernements provinciaux, les entreprises d’État et l’Armée populaire de libération rend la politique de la Chine moins cohérente et prévisible et, dans le cas des revendications territoriales régionales non résolues de la Chine, au moins plus dangereuse, car les forces nationalistes et les sociétés énergétiques préconisent une ligne plus ferme (GIC 2012). En ce qui concerne les négociations sur le changement climatique en particulier, la lourdeur des processus de prise de décision du sommet vers la base en Chine signifie cependant que les diplomates n’ont peut-être pas la capacité nécessaire pour élaborer des politiques sur le terrain (Conrad 2012).

Néanmoins, il est clair que la Chine a maintenant, intentionnellement ou fortuitement, la capacité de façonner des résultats politiques qui préoccupent la « communauté internationale » (Beeson 2018). Les guillemets sont justifiés parce qu’on peut se demander si un tel regroupement existe réellement dans ce domaine politique ou dans tout autre (Ellis 2009). La réalité, bien sûr, c’est que même dans des domaines politiques moins compliqués, comme la réforme du secteur financier, où les problèmes semblent clairs et où les solutions sont réalistes, les accords sont rendus difficiles par la confrontation des intérêts nationaux, des lobbies influents et le refus des États établis de céder leur autorité et leur influence aux nouveaux venus (Wade 2011). Beaucoup de personnes hors Chine espèrent que les élites et les diplomates chinois seront socialisés dans les voies de la diplomatie occidentale et adapteront leur comportement en conséquence. Bien qu’il existe des preuves évidentes que cela a été le cas dans une certaine mesure (Johnston 2008) – la Chine n’est manifestement pas la force révolutionnaire déstabilisatrice qu’elle a déjà été – les obstacles techniques et politiques aux accords internationaux sur des questions complexes et contestées demeurent énormes.

On suppose souvent que l’Occident continuera d’être à l’avant-garde de la construction de l’ordre international à l’avenir. De grands espoirs ont été placés dans la capacité de l’UE à jouer un rôle de leader dans la politique du changement climatique en particulier, avant que les crises économiques, l’échec de son système d’échange de carbone et la renaissance de l’industrie du charbon ne viennent miner ces espoirs (Quahe 2018). Il est assez remarquable de constater que c’est actuellement la Chine autoritaire plutôt que l’UE ou les États-Unis qui contribue le plus à la création et à la résolution de certains des défis environnementaux les plus fondamentaux de notre époque. Il est toutefois important de noter que c’est surtout la pression intérieure plutôt que la pression internationale qui force le gouvernement chinois à agir, car il est contraint de faire face à la réalité d’un environnement dégradé qui représente un échec de son modèle de développement et des dirigeants qui le guident. Alors que la capacité des ONG nationales d’influencer la politique gouvernementale est encore relativement limitée et en évolution (Zhan et Tang 2013 ; Steinhardt et Wu 2016), il ne fait aucun doute que ce que l’économie (2014) décrit comme « l’éveil environnemental du peuple chinois » fait maintenant partie intégrante et croissante de la vie nationale ; éveil face à quoi les gouvernements doivent réagir.

Bien que nous ne puissions pas savoir dans quelle mesure le peuple chinois et ses dirigeants parviendront à relever ces défis monumentaux et sans précédent, il est possible que les réponses non démocratiques aux problèmes environnementaux deviennent plus que moins courantes, compte tenu des attentes et des conséquences de la non-atténuation des changements climatiques (WEF 2017). Si la Chine connaît même un succès modéré, cela pourrait ajouter à la position relative du « modèle chinois » et à l’attrait des réponses imposées par la hiérarchie et l’État aux problèmes environnementaux en général (Zhang et Sun 2012). Selon un rapport très médiatisé, on pourrait au moins obtenir le résultat net que « parmi les systèmes politiques, les idéologies autoritaires seraient certainement les « gagnantes ». D’une manière ou d’une autre, les changements climatiques graves affaibliront la capacité des systèmes démocratiques libéraux à maintenir la confiance du public » (Campbell et al. 2007 : 77).

CONCLUSION 

La démocratie est une invention remarquable, mais comme nous le rappelle la montée du populisme et du leadership « d’homme fort » dans le monde, sa pérennité n’est pas assurée (Levitsky et Ziblatt 2018). En l’absence de conditions économiques et sociales appropriées, il est difficile de les réaliser et de les maintenir. De nombreux observateurs ont attiré l’attention sur l’impact potentiel qu’une détérioration de l’environnement peut avoir sur la vie sociale et politique (Homer-Dixon 1999 ; Dyer 2010). De telles forces matérielles implacables peuvent représenter un défi pour les démocraties établies, sans parler de celles qui n’ont jamais connu de telles pratiques. Beaucoup dépendra de l’ampleur et de la gravité des changements déclenchés par les changements climatiques et de la capacité des gouvernements, quels qu’ils soient, à les contrer. Malheureusement, des gens comme Ophuls et Heilbroner peuvent s’avérer alarmants, mais peut-être pas tout à fait comme ils l’avaient imaginé. Ironiquement, le sort du système capitaliste remarquablement résilient et maintenant universel pourrait en fin de compte reposer sur les dirigeants d’un État théoriquement « communiste » et toujours autoritaire.

S’il n’est pas certain que les régimes autoritaires se montreront plus à même de relever les défis sans précédent auxquels sont confrontés tous les gouvernements en matière d’environnement, il y a plusieurs raisons de croire que des réponses autoritaires sont de plus en plus possibles, et même probables dans des pays comme la Chine. Premièrement, la Chine est déjà un régime autoritaire et le changement politique a été limité, même dans des circonstances relativement favorables. Deuxièmement, les changements rapides et massifs dans la fourniture d’énergie et d’infrastructures nécessaires pour lutter contre la dégradation de l’environnement semblent plus réalisables en Chine, compte tenu de ses antécédents actuels. Ce n’est pas une garantie de succès, bien sûr, ce qui mène à une troisième considération. Si les dirigeants chinois ne parviennent pas à provoquer un changement massif dans la santé et la durabilité de l’environnement naturel, il est probable que les schémas existants de troubles sociaux s’intensifieront. À en juger par l’histoire de la Chine et l’absence de toute tradition démocratique, l’instabilité sociale est plus susceptible de déclencher une répression autoritaire à la Tiananmen qu’une révolution démocratique.

Le meilleur espoir, peut-être, est que les dirigeants chinois auront l’espace politique et le temps d’instaurer des réformes qui feront une différence dans la façon dont le pays est gouverné, dont l’économie fonctionne et dont l’environnement naturel est géré. Il a été suggéré que la Chine est dans une position unique pour développer une sorte de voie médiane entre un régime technocratique de style asiatique et les démocraties occidentales axées sur le marché. On espère qu’il en résultera une forme de « gouvernance intelligente qui conciliera la démocratie fondée sur la connaissance et la méritocratie responsable » (Berggruen et Gardels, 2013) : 13). C’est peut-être un vœu pieux, mais il est important de reconnaître à quel point l’expérience de la Chine a déjà été stupéfiante et sans précédent. Comme même le magazine libéral et pro-marché the Economist (2013 : 18), le fait remarquer : « Si la Chine ne peut pas le faire, personne ne peut le faire. »

BIBLIOGRAPHIE : 

Beeson, M. (2018). Coming to terms with the authoritarian alternative: The implications and motivations of China’s environmental policies’, Asia & the Pacific Policy Studies, 5 (1): 34-46.

Beeson, M. (2014). Regionalism and Globalization in East Asia: Politics, Security, and Economic Development, 2nd edition. (Basingstoke: Palgrave Macmillan).

Beeson, Mark. (2010). “The Coming of Environmental Authoritarianism.” Environmental Politics 19(2): 276–94.

Beeson, M. (2013). “Can China Lead?” Third World Quarterly 34(2): 235–52.

Bell, S. (2012). “The Power of Ideas: The Ideational Shaping of the Structural Power of Business.” International Studies Quarterly 56(4): 661–73.

Berggruen, N. and Gardels, N. (2013).Intelligent Governance for the 21st Century: A Middle Way Between West and East (Cambridge: Polity).

Bohman, J. (1998). “Survey Article: The Coming of Age of Deliberative Democracy.” Journal of Political Philosophy 6(4): 400–25.

Dennis, B. and Eilperin, J. (2018) ‘Trump plans to nominate Andrew Wheeler, former coal lobbyist, as EPA chief’. Washington PostNovember 16.

Brødsgaard, K. E. (2012), “Politics and Business Group Formation in China: The Party in Control?” The China Quarterly 211: 624–48.

Callick, R. (2018) ‘Xi Jinping vows to fight ‘bloody battles against our enemies’ ‘. The AustralianMarch 21.

Campbell, K. M., Gulledge, J., McNeill, J. R., Podesta, J., Ogden, P., Fuerth, L., Woolsey, R. J., Lennon, A. T., Smith, J., and Weitz, R. (2007). The Age of Consequences: The Foreign Policy and National Security Implications of Global Climate Change (Washington: Centre for Strategic & International Studies).

Christoff, P. (2010). “Cold Climate in Copenhagen: China and the United States at COP15.” Environmental Politics19(4): 637–56.

Conrad, Bjorn. (2012). “China in Copenhagen: Reconciling the “Beijing Climate Revolution” and the “Copenhagen Climate Obstinacy.” The China Quarterly 210: 435–55.

Cooper, R. N. (2008). “China’s Coming Demand for Energy.” In China, Asia, and the World Economy, edited by B. Eichengreen, C. Wyplosz, and Y. C. Park (Oxford: Oxford University Press), 1–17.

Davidson, H. (2018) ‘China on track to lead in renewables as US retreats, report says’. The Guardian10 January.

Diamond, L. (2008). “The Democratic Rollback.” Foreign Affairs 87(2): 36–48.

Dunlap, R. E. and McRight, A. M. (2011). “Organized Climate Change Denial.” In The Oxford Handbook of Climate Change and Society, edited by J. S. Dryzek, R. B. Norgaard, and D. Schlosberg (Oxford: Oxford University Press), 144–60.

Dyer, G. (2010). Climate Wars: The Fight for Survival as the World Overheats (Oxford: Oneworld).

Economy, E. C. (2004). The River Runs Black: The Environmental Challenge to China’s Future (Ithaca: Cornell University Press).

Economy, E. (2014). “China Wakes Up to Its Environmental Catastrophe.” Bloomberg Business Week (March 13).

Ellis, David, C. (2009). “On the Possibility of ‘International Community.’” International Studies Review 11(1): 1–26.

Foster, J. B., Clark, B., and York, R. (2010). The Ecological Rift: Capitalism’s War on the Earth (New York: Monthly Review Press).

Gabbatiss, J. (2018) ‘Australia refuses to ditch coal despite UN warning it must be abandoned to avert climate catastrophe’. The Independent9 October.

Gilley, Bruce. (2012). “Authoritarian Environmentalism and China’s Response to Climate Change.” Environmental Politics 21(2): 287–307.

Goodenough, P. (2009). “Chinese Minister Links ‘One-Child’ Policy to Emissions Reduction at Climate Conference.” CNSnews (December 11).

Haas, B. (2016) China riot police seal off city centre after smog protesters put masks on statues, The Guardian, December 12.

Hall, P. A. and Soskice, D. (2001). “An Introduction to the Varieties of Capitalism.” In Varieties of Capitalism: The Institutional Foundations of Comparative Advantage, edited by P. A. Hall and D. Soskice (Oxford: Oxford University Press), 1–68.

Han, C. (2012). “Satisfaction With the Standard of Living in Reform-era China.” The China Quarterly 212: 919–40.

Hille, K. (2013). “China: Citizens United.” Financial Times (July 29).

Hobson, J. M. (2012). The Eurocentric Conception of World Politics: Western International Theory, 1760–2010 (Cambridge: Cambridge University Press).

Hook, L. and Hornby, L. (2018) ‘China emerges as powerbroker in global climate talks’. Financial TimesNovember 16.

Homer-Dixon, T. F. (1999). Environment, Scarcity, and Violence (Princeton: Princeton University Press).

Hook, L. (2013). “Weibo Alters China’s Environmental Debate.” Financial Times (March 4).

Hook, L. and Crooks, E. (2011). “China’s Rush into Renewables: The Way the World Turns.” Financial Times (November 28).

ICG. (2012). Stirring Up the South China Sea (I) (Brussels: International Crisis Group).

IPCC. (2007) Climate Change 2007: The Physical Science Basis,(Geneva: IPCC Secretariat).

Jakobson, L. and Knox, D. (2010). “New Foreign Policy Actors in China.” SIPRI Policy Paper 26 (September).

Johnston, Alastair Iain. (2008). Social States: China in International Relations, 1980–2000 (Princeton: Princeton University Press).

Lampton, D.M. (2015) ‘Xi Jinping and the National Security Commission: policy coordination and political power’, Journal of Contemporary China24(95): 759-777.

Levitsky, S. and Ziblatt, D. (2018) How Democracies Die: What History Reveals About Our Future,(London: Viking).

Li, C. (2012). “The End of the CCP’s Resilient Authoritarianism? A Tripartite Assessment of Shifting Power in China.” The China Quarterly 211: 595–623.

Li, K. (2014). Report on the Work of Government, speech to the Second Session of the Twelfth National People Congress on March 5, 2014. Available at: http://online.wsj.com/public/ resources/documents/2014GovtWorkReport_Eng.pdf

Li, S.(2018). Does China Still want to be a global environmental Leader? The Diplomat, October 27.

Lieberthal, K. G. (1992). “Introduction: The ‘Fragmented Authoritarianism’ Model and its Limitations.” InBureaucracy, Politics, and Decision Making in Post-Mao China, edited by K. G. Lieberthal and D. M. Lampton (Berkeley: University of California Press), 1–30.

Lindblom, C. E. (1977). Politics and Markets: The World’s Political-Economic Systems (New York: Basic Books).

Liu, J. and Diamond, J. (2005). “China’s Environment in a Globalizing World.” Nature 435: 1179–86.

Lo, A. Y. (2010). “Active Conflict or Passive Coherence? The Political Economy of Climate Change in China.” Environmental Politics 19(6): 1012–17.

Meadows, D. H., Randers, J., and Meadows, D. (1974). The Limits to Growth: A Report for the Club of Rome’s Project on the Predicament of Mankind (New York: Universe Books).

Newell, P. (2012). Globalization and the Environment: Capitalism, Ecology and Power (Cambridge: Polity).

Ophuls, W. (1997). Requiem for Modern Politics: The Tragedy of the Enlightenment and the Challenge of the New Millennium (Boulder: Westview Press).

Oreskes, N. and Conway, E. M. (2010).Merchants of Doubt: How a Handful of Scientists Obscured the Truth on Issues from Tobacco Smoke to Global Warming (New York: Bloomsbury Press).

Quahe, S. (2018) ‘EU in crisis: what implications for climate and energy policy?’, Asia Europe Journal16(2): 169-182.

Ringen, S. (2016) The Perfect Dictatorship: China in the 21st Century: Hong Kong University Press).

Shambaugh, D. (2016) China’s Future,(Cambridge: Polity Press).

Shapiro, J. (2001). Mao’s War Against Nature: Politics and the Environment in Revolutionary China (Cambridge: Cambridge University Press).

Silk, R. (2013). “Air Pollution from Coal Use Cuts Lifespans in China, Study Shows.” Wall Street Journal (July 8).

Smith, N. (2008). Uneven Development: Nature, Capital, and the Production of Space, 3rd edn. (London: Verso).

Steinhardt, H.C. and Wu, F. (2016) ‘In the name of the public : Environmental protest and the changing landscape of popular contention in China’, The China Journal(75): 61-82.

Stevenson, H. and Dryzek, J.S. (2014) Democratizing Global Climate Governance,(Cambridge: Cambridge University Press).

Tang, W., Lewis-Beck, M. S., and Martini, N. F. (2013). “Government for the People in China?” The Diplomat (June 17).

The Economist(2013) ‘The East is grey’, August 10, pp 15-18.

Tsai, K. S. (2007). Capitalism Without Democracy: The Private Sector in Contemporary China (Ithaca: Cornell University Press).

Vermeiren, M. (2013). “Foreign Exchange Accumulation and the Entrapment of Chinese Monetary Power: Towards a Balanced Growth Regime?” New Political Economy 18(5): 680–714.

Wade, Robert H. (2011). “Emerging World Order? From Multipolarity to Multilateralism in the G20, the World Bank, and the IMF.” Politics & Society 39(3), 347–78.

Wang, S. and Hu, A. (1999). The Political Economy of Uneven Development: The Case of China (Armonk: ME Sharpe).

WEF (2017) The Global Risks Report 2017, 12thEdition, (Zurich: World Economic Forum).

Weiss, J. C. (2013). “Authoritarian Signaling, Mass Audiences, and Nationalist Protest in China.” International Organization 67(01): 1–35.

Wolf, M. (2018 a) ‘The Chinese economy is rebalancing, at last’. Financial TimesApril 4.

Wolf, M. (2018b) ‘Inaction over climate change is shameful’. Financial Times, October 24.

Wong, C.H. (2018) ‘China’s Communist Party proposal sets stage for Xi to hold onto power’. Wall Street JournalFebruary 25.

Wong, E. (2013). “As Pollution Worsens in China, Solutions Succumb to Infighting.” New York Times (March 21).

WWF. (2012). Living Planet Report: Biodiversity, Biocapacity, and Better Choices (Geneva: WWF International).

Yang, H. and Zhao, D. (2015) ‘Performance legitimacy, state autonomy and China’s economic miracle’, Journal of Contemporary China24(91): 64-82.

Yeates, C. and Latimer, C. (2018)  »Greater uncertainty’: Renewable investment boom tipped to slow’. Sydney Morning Herald11 October.

Zalasiewicz, J., Williams, M., Steffen, W., and Crutzen, P. (2010). “The New World of the Anthropocene.” Environmental Science & Technology 44(7): 2228–31.

Zhan, X. and Tang, S.-Y. (2013). “Political Opportunities, Resource Constraints and Policy Advocacy of Environmental NGOs in China.” Public Administration 91 (2): 381–99.

Zhang, W. and Sun, F. (2012). “Resurrection Through Adaptation: The Dynamics of China’s ‘Comcapitalism’ Model.” The Journal of Comparative Asian Development 11(2): 349–78.

Zhu, T. and Pearson, M. (2013). “Globalization and the Role of the State: Reflections on Chinese International and Comparative Political Economy Scholarship.” Review of International Political Economy20(6): 1189–1214.

Pour citer cet article: Mark Beeson, La Chine, le changement climatique et l’autoritarisme environnemental, La Pensée écologique, vol 3 n°2.