1

Les jeunes en voie de radicalisation écologique ? Critères d’identification et d’identité.

Résumé

Face à l’urgence climatique et à la perception de l’absence d’efforts suffisants de la part des États et des entreprises, les médias parlent d’une radicalisation chez les jeunes. Certains travaux en sciences sociales observent des signaux faibles allant dans ce sens depuis quelques années. Faisant suite à une enquête longitudinale qualitative menée depuis 2003 dans le milieu universitaire grenoblois, nous poursuivons ces observations par le biais d’une analyse d’une enquête Internet, menée auprès de jeunes étudiants de 20-30 ans et dont les résultats soulèvent des questions quant au rôle de l’éducation, du niveau de CSP, mais aussi de leur perception quant à leur propre degré de radicalisme.

Mots clés : Radicalisation écologique, discours, pratiques, jeunes.

Abstract

In the face of the climate emergency and the perceived lack of efforts by states and private firms, many media outlets are talking about a growing radicalization among young people. Some work in the social sciences has also observed weak signals in recent years. Following a qualitative longitudinal survey conducted since 2003 in the Grenoble academic community, we continue these observations through an analysis of an Internet survey, conducted among young students aged 20-30 years and whose results raise questions about the role of education, the level of CSP but also their perception of their own degree of radicalism.

Key words: Ecological radicalisation, discourse, practices, young people.

Par Elisa Gravier* & Stéphane La Branche*

“ Je me suis décidée à ne plus jamais reprendre l’avion”, 

“Comment se projeter dans un futur qui rime avec ‘effondrement’ ?” 

“Il faut que la mobilisation dure jusqu’à un changement drastique”

(Dans Massiot 2019)

Nul besoin de commencer cet article par la citation d’un chercheur célèbre, ces phrases recueillies par le journal Libération en 2019 auprès de jeunes de Grenoble suffisent à planter le décor. Face à l’inévitabilité du changement climatique, les COP et les sommets mondiaux qui se succèdent, les rapports alarmants du GIEC, les catastrophes naturelles qui prennent de l’ampleur et la perception de l’inaction étatique, les médias le répètent : non seulement les jeunes se mobilisent, mais de plus, ils se radicaliseraient. Certains travaux en sciences sociales observent aussi une tendance depuis quelques années. Faisant suite à une enquête longitudinale qualitative menée depuis 2003 dans le milieu universitaire grenoblois, nous poursuivons ces observations par le biais d’une analyse d’une enquête Internet menée auprès de jeunes étudiants de 20-30 ans dans plusieurs villes de France. Nos résultats soulèvent des questions quant au rôle de l’éducation, du niveau de CSP mais aussi de la perception qu’ont ces jeunes répondants de leur propre degré de radicalisme.

Ces cinq dernières années ont certes été marquées par une jeunesse engagée pour le climat non seulement à travers des changements dans les gestes quotidiens, mais aussi à travers un engagement fort sur la scène publique, réclamant des changements drastiques dans notre mode de vie et notre modèle de développement, souvent renvoyant à des arguments liés à la collapsologie : il faut « stopper l’effondrement et pour cela, il faut aussi changer notre vision du monde ». Être écologiste apparait alors pour certains comme une nécessité quasi-ontologique. Ensuite, non seulement les jeunes écologistes se mobilisent mais de plus, certains semblent se radicaliser. Cet article vise à fournir des éléments afin de comprendre les modalités, les raisons mais aussi l’ampleur de ce qu’il convient de considérer comme un signal faible en émergence, car des signes d’une radicalisation émergent.

Tout d’abord, une enquête du CREDOC (Koschmieder et al, 2019)[1] montre que l’environnement est devenu LA préoccupation majeure des jeunes adultes de 18 à 30 ans et que « depuis quarante ans que cet indicateur est suivi (…), la proportion n’a jamais été aussi forte » (p.1), l’environnement recueille 32% des réponses, loin devant l’immigration à 19% ou encore le chômage avec 17% des réponses. Une peur pour l’avenir sous-jacente qui en paralyse certains, en laisse d’autres indifférents et en pousse d’autres encore à des positions et des actions considérées comme radicales, à l’instar de Greta Thunberg. Celle-ci semble être plus qu’un simple épiphémonène : elle représente, nous le pensons, un ‘signal faible’ annonciateur d’un mouvement potentiel plus profond et important dans les années à venir. Ce n’est pas un accident si, en moins de deux ans, elle est devenue la figure de proue de centaines de milliers de jeunes du monde entier lors de grèves étudiantes pour le climat, les « Fridays for future » dont, pour celle du 15 mars 2019, le site internet Fridaysforfuture.org a recensé 2 052 événements dans 123 pays.

Dans une publication relatant des observations basées sur le positionnement écologique déclaré des étudiants de plusieurs départements et écoles de l’université de Grenoble-Alpes, La Branche (2019) observe une tendance à la radicalisation au sein de cette population depuis 2003. Pour cette population, le ‘durcissement’ de leur position écologique est notamment due à leur perception d’une urgence climatique qui s’accroit face à une insuffisance d’actions de la part des États et des entreprises, certes mais aussi des individus. Il observe qu’à partir de 2009-10 et jusqu’en 2020, qu’un nombre significatif d’étudiants commencent à se radicaliser, optant pour des scénarios politiques d’autoritarisme vert voire, invitant à réduire la population humaine[2]. Lecoeuvre pour sa part rapporte que certains jeunes écologistes réfléchissent davantage à l’action directe (2019), tandis que Perrin (2019) rapporte que pour nombre d’entre eux, « marcher ne suffit pas ». Si bien entendu tous les jeunes ne se mobilisent pas pour le climat ou ne se mobilisent pas de la même manière ou avec la même intensité, une minorité apparemment croissante prône un changement « drastique » de notre société, en alliant actions individuelles et collectives aux grands discours sur l’écologie. Pour autant, ces observations préliminaires ne répondent que peu à la question de fonds sous-jacente : que signifie ‘radicalisation écologique’ et être radical écologique ? Quels facteurs jouent un rôle dans cette émergence ? 

Cet article développe ces réflexions en présentant les résultats d’une étude basée sur une enquête Internet menée en juin 2020. Si elle confirme que la scolarité et la précarité jouent un rôle dans le niveau de conviction écologique, elle soulève également des questions quant à ces facteurs d’émergence, suggérant que le lien n’est peut-être pas aussi évident que ne le relève les grandes enquêtes. Avant de présenter notre méthode d’enquête, et comprendre qui sont les jeunes qui se radicalisent et pourquoi, penchons-nous d’abord sur ce que signifie « être radical » de manière écologiste. 

Questionner le radicalisme

Les notions de « radical » et de « radicalisation » sont assez floues, utilisées le plus souvent pour la radicalisation religieuse, associée au terrorisme, et ont mauvaise presse. Or, le terme « radical » peut s’appliquer à de nombreux domaines comme la culture, la politique, l’économie et l’écologie. « Dans le langage commun, radical signifie absolu, intransigeant, irrévocable. Mais ne pas être radical, ce serait quoi ? Son contraire est flexion, qui désigne l’action de fléchir, de courber ou de plier… » (Alters Echo 2008, p.1). Pour sa part, de manière plus formelle, le Centre National de Ressources textuelles et lexicales (CNRTL 2020) donne de nombreuses définitions, dont certaines concernent l’étymologie du mot : « relatif à la racine, à l’essence de quelque chose » et « qui concerne le principe premier, fondamental, qui est à l’origine d’une chose, d’un phénomène ». D’autres sont plus philosophiques : « qui va jusqu’au bout de chacune des conséquences impliquées par le choix initial » ou encore « complet, total, absolu, sans exception ou atténuation ». En particulier, le terme « radical » renvoie à « une action décisive sur les causes profondes d’un phénomène ». Ainsi, la radicalité concerne à la fois l’amont et l’aval : la source, l’essence des choses et les conséquences, incluant les actions menées. Autrement dit, une personne radicale revient à la racine des phénomènes pour s’attaquer aux « causes profondes », aux origines du phénomène et non les effets. Ceci peut alors se traduire dans un engagement sans faille dans un choix, une croyance, un discours ou une action. Peu de place aux doutes, l’individu va « jusqu’au bout » de sa pensée et/ou de ses actions. Le radical tente de faire disparaitre la séparation entre adhésion à des principes et les actions à mettre en œuvre à partir de ces principes.

Pour sa part, le sociologue Yann Le Lann explique que dans les mouvements écologistes, la radicalité « renvoie à des dimensions très diverses : celle des actions que l’on soutient, de sa pratique au quotidien ou des changements politiques que l’on espère » (Didelot 2019). Mais elle semble aussi être liée à la perception de l’insuffisance des mesures politiques face à l’urgence et l’ampleur de la crise. La Branche (2019) note que le niveau de radicalisme des étudiants d’université interrogés semble être étroitement associé à deux facteurs. Le premier est leur perception de la place et du statut de l’humain dans sa relation à la nature : plus les étudiants sont humanistes, moins ils sont radicaux et inversement, plus ils pensent que l’humain est un animal parmi d’autres, plus ils tendent à être radicaux. Le second facteur concerne leur perception de la capacité de la démocratie à résoudre le problème écologique (biodiversité et changement climatique) : plus ils ont une perception aiguë de la crise écologique, moins ils ont tendance à croire que la démocratie et le capitalisme/consumérisme pourront régler la crise. Nous verrons que ces deux observations correspondent bien à la littérature, qui souligne que le processus de radicalisation, qui amène l’individu à revenir à la racine des phénomènes et à s’engager pleinement, est situé dans une époque et un contexte ; « il n’existe pas de radicalité qui serait absolue dans le temps et dans l’espace, et dont on pourrait définitivement tracer les frontières. Certains comportements sont considérés comme tels à un moment donné, dans un lieu donné, et ne le sont plus ultérieurement (et inversement) » (Bonelli et Carrié, 2020). La radicalisation écologique est donc à associer à la montée de la perception de la crise environnementale, qui depuis environ 15 ans, prend d’abord la forme de la crise climatique et ensuite, de la biodiversité dans les représentations publiques.

Au-delà du contexte, la plupart des approches s’attardent à dresser le portrait de l’individu radicalisé, les causes et les finalités de sa radicalisation qui « désigne un cadre de pensée, un processus psychique de rigidification et une recherche de ligne directrice de vie, simplifiée. Elle se transforme en idéologie plus facilement admise et intégrée lorsque le sujet traverse une période de vulnérabilité, où le manque de repères, la perte du sens de la vie, le délitement du sentiment d’affiliation, le poussent vers une nouvelle quête existentielle » (Estano, 2018). Daniel Boy, directeur de recherche au Cevipof explique dans une tribune du Monde que « la posture de radicalité absolue, c’est-à-dire le refus assumé d’entrer dans une logique de négociation, et donc de compromis avec le politique, assure la bonne conscience du mouvement : pas de compromis, pas de compromission » (Boy, 2019).

Les autorités étatiques, aux prises avec un contexte de radicalisation religieuse ces dernières années, ont également formalisé une définition. Le ministère de l’éducation nationale a publié en 2015 une définition, qui rejoint celles mentionnées ci-haut, dans un manuel de prévention de « la radicalisation des jeunes » relative à la religion mais en y ajoutant un élément : « La radicalisation peut s’exprimer par la contestation violente de l’ordre public et de la société, ainsi que par la marginalisation vis-à-vis de celle-ci » (MENESR, 2015). On y voit ici une remise en question de l’ordre établi par le biais de la violence. Néanmoins, ceci n’est pas une caractéristique obligatoire ou universelle à tous les individus dits radicalisés. L’action non-violente peut aussi être radicale, par exemple, la position de l’association Extinction Rebellion, pour qui « les changements radicaux ne sont plus une utopie. Ils sont absolument nécessaires à notre survie »[3], des changements qui doivent être mis en œuvre par le biais de la non-violence.

La réalité de la radicalité est donc multiple et relative, mais deux points importants sont à retenir, qui renvoient à l’enjeu du contexte : pour Bonelli et Carrié (2020), on ne nait pas déviant, on le devient au moment où les pairs et les institutions publiques nomment les individus comme tels, dans un processus d’étiquetage et de qualification d’un individu comme étant radical. Pour autant, les auteurs insistent sur le fait qu’il faut à la fois étudier ce que « les actes signifient pour leurs auteurs » et en même temps, « comment ils sont interprétés par ceux qui sont chargés d’y faire face… Autrement dit, la radicalité n’est pas un processus à sens unique. L’acte et la réaction qu’elle entraîne la définissent ensemble », elle implique donc à la fois l’actant et le regard sur celui-ci. Dans une même période, pour certains, un individu sera un écologiste radicalisé parce qu’il a arrêté de manger de la viande, alors que pour d’autres, ce ne sera pas suffisant. Ceci soulève deux questions : i) quels discours et quelles actions écologistes sont qualifiés de radicales dans notre société et ; ii) selon quels critères les individus se qualifient eux-mêmes ou non de radicaux ?

A l’heure où trier ses déchets est devenu une norme entièrement insuffisante pour beaucoup, quelles sont les actions propres aux écologistes radicaux ? A quelles normes sociales s’opposent-ils ? Sont-ils en confrontation avec l’ordre public ou plutôt avec certaines normes de notre société voire, ses fondements même ?

Se revendiquer « radical » chez les écologistes

Des organisations telles Greenpeace, les Amis de la Terre ou Alternatiba Action non-violente COP 21se revendiquent « radicales » dans leur position relative à la crise environnementale et elles correspondent aux critères identifiés plus haut. Elles expliquent qu’elles souhaitent revenir à la racine du problème du changement climatique et opérer un changement profond dans notre mode de vie et de modèle de développement. Elles se situent donc en amont et en aval : M. Hesnault, activiste du mouvement ANV-COP21 explique: « Il faut revenir au sens étymologique du mot radicalité qui signifie « revenir à la racine » pour prendre le problème à sa source. Face à l’urgence climatique, on parle de changer fondamentalement et radicalement nos sociétés » (CARENEWS INFO, 6 juin, 2019).

G. Mazzolini, militant chez les Amis de la Terre, tient le même discours : « Nous sommes dans un mouvement radical dans le sens étymologique du terme, c’est-à-dire pour un changement profond, avec une critique radicale du système capitaliste » (Lecoeuvre, 2019). Si cette remise en cause est assez courante au sein des mouvements écologistes institutionnalisés, pour les individus, la radicalité écologique renvoie à une multitude de possibilités, de secteurs et de niveaux. Ainsi, pour certains, être radical sera d’arrêter de prendre l’avion alors que pour d’autres, ce sera d’arrêter sa consommation de viande. On peut tout de même relever des tendances fortes chez les radicaux écologistes, comme l’a si bien théorisé Arne Naess en 1972, en distinguant la « shallow ecology » ou écologie superficielle et la « deep ecology » ou écologie profonde.

La shallow ecology est anthropocentrée, c’est-à-dire centrée sur l’homme et elle renvoie au concept de développement durable. Son objectif est de réconcilier préoccupation écologique et activité économique. C’est cette vision, dominante dans notre société et dans la suite du projet de la modernité, qui justement est en partie remise en cause par les radicaux. Quant à la deep ecology, elle est écocentrée puisqu’elle accorde “une valeur intrinsèque à la nature » (Flipo, 2010, p5.), la mettant sur un même pied d’égalité avec l’humain, ce qu’a également relevé La Branche (2019) dans son analyse du positionnement des étudiants (cf.supra). Cette position est radicale précisément parce qu’elle attribue les causes profondes de la crise environnementale à la modernité elle-même, fondement de nos sociétés occidentales modernes. La critique que fait Naess de l’écologie superficielle est elle-même radicale et renvoie à la responsabilité et au rapport de domination qu’entretient l’humain avec la nature (Naess 1989).

L’écologisme radical : les modes d’action

Ceci étant dit, « les écologistes radicaux ont aussi d’autres désaccords idéologiques, d’ordre religieux, spirituel et moral, par exemple » (Dupouey-Delezay, 2018), tandis que Dufoing (2012) identifie six types d’écologisme radical[4]. Mais le point commun qu’il faut noter chez les radicaux, c’est une critique d’abord de la place de l’économie dans notre société et notamment, dans le système de prise de décisions politiques. Ensuite, et plus fondamentalement, ils questionnent la place de l’humain dans la nature, remettant ainsi en cause les fondements de la Modernité Occidentale. Ainsi, l’écologie radicale, telle que décrite par Leopold (1949, qui jette les bases d’une éthique écocentrée) ou encore par Naess (1989), réfute l’idéologie économique, l’individualisme et l’anthropocentrisme. La nature a donc une valeur en soi, indépendante de toute conscience humaine. Ces propos peuvent sembler bien philosophiques, mais ils ne sont pourtant pas hors de portée des répondants à notre enquête qui font référence à ces idées, même s’ils peuvent ignorer ces auteurs. Nous revenons sous peu à certaines de ces différences dans notre analyse empirique, car il faut tout d’abord approfondir ces points communs qui font d’un radical, un radical.

Si une personne radicalisée va « jusqu’au bout » de ses idées et qu’elle tente d’allier valeurs et principes écologistes avec les actions, néanmoins, toutes les actions vertueuses pour la planète ne sont pas jugées radicales et certaines se sont normalisées depuis quelques années, tel le tri.  Pour qu’un individu soit qualifié de radical, il faut qu’il fasse des actions qui s’opposent aux normes sociales – et notamment les habitus sociaux liés à la consommation – en vigueur. Un répondant à notre questionnaire écrit : «Un écologiste radical est une personne qui a des discours et des actes pour lutter contre la crise environnementale qui ne sont pas acceptés par une grande partie de la société ». Mais une personne qui se dit végétarienne pour la planète mais qui, d’un autre côté, consomme du plastique quotidiennement et ne fait pas le tri sélectif, pourrait-elle être qualifiée d’écologiste radicale ? Une seule action forte ne fait pas de l’individu une personne radicalisée mais simplement engagée ? Pour être radicalisée, elle doit cumuler plusieurs pratiques ou des catégories de pratiques, individuelles et collectives. Les individus se réclamant écologistes radicaux vont en effet commencer par entreprendre des changements de comportement importants dans leur vie quotidienne qui vont sortir du cadre des normes sociales dominantes : devenir végétarien, voire végan ; manger uniquement des denrées biologiques et locales ; cesser de prendre l’avion, refuser de passer le permis de conduire et s’imposer des critères environnementaux dans la recherche d’un emploi. Se réclamer de l’écologie radicale renvoie donc à des choix de modes de vie.  

En ce qui concerne les modes d’action collectifs, l’individu se confrontera à l’ordre public pour aller au bout de son engagement écologiste. L’exemple le plus pertinent est la désobéissance civile, violente ou pacifique. Dans un article du journal Libération, l’attaché de presse d’Extinction Rebellion soulève néanmoins une ambigüité en soulevant la différence entre extrémisme et radicalisme : « Dans le vocabulaire quotidien, le terme radical est employé pour dénoncer des comportements extrémistes. Nous on n’est pas extrémistes, on est non-violents (…). Mais les marches, les pétitions, les changements de comportements personnels ne suffisent pas. On veut faire pression sur les forces politiques et économiques et c’est pour cela qu’on fait de la désobéissance civile, mais sans casse, sans violence. On peut considérer que ce sont des méthodes radicales » (Leboucq, 2019). Pour ce groupe, le blocage d’autoroutes, de centres commerciaux, d’entrées de bâtiments privés ou gouvernementaux est bien plus efficace que les pétitions ou encore participer à des marches. C’est à la fois un positionnement éthique et stratégique : selon eux, le gouvernement réagit à la violence par la violence, mais face à une action directe non violente, « il est perdu ».

Méthodologie du questionnaire Internet.

Les réflexions précédentes montrent bien que l’écologie radicale peut être complexe à analyser de manière empirique en raison de sa complexité, ses variantes et ses facteurs subjectifs. Ainsi, on peut observer un discours radical qui ne mentionnera ni la modernité, ni l’anthropocentrisme, mais remettra en question nos modes de vie, de consommation et de production (Clivio, 2019). Puis, les moyens pour parvenir à un changement drastique de notre société varient également selon la personne se disant radicale, voire celles qui ne se qualifient pas elles-mêmes en tant que tel mais pourtant correspondent aux critères (nous y revenons plus loin). Approfondissons donc maintenant ces éléments en présentant les résultats de notre enquête.

  • souhaitent revenir aux origines du problème de la crise climatique ;
  • rejettent l’anthropocentrisme (ou ses manifestations sans utiliser le terme) ;
  • souhaitent repenser en profondeur la relation entre l’homme et la nature ;
  • accusent la modernité (ou ses manifestations sans la nommer) d’être en grande partie responsable des problèmes, beaucoup préconisant la fin du capitalisme et de la société de consommation.

Dans notre analyse empirique, nous avons identifié les écologistes radicaux comme étant ceux qui répondent à la définition de l’écologie radicale selon Aurélien Dupouey-Delezay (2018), c’est-à-dire ceux qui :

Mais quels sont les modes d’actions préconisés et pensés comme nécessaires par les jeunes écologistes radicaux interrogés dans notre enquête ? Et quelles sont les facteurs de leur radicalisation ? Pour répondre à ces questions et investiguer les facteurs pouvant concourir à la radicalisation, nous avons réalisé une enquête quantitative, par le biais d’un questionnaire en ligne, déposé sur différents groupes Facebook d’étudiants dans plusieurs villes de la France (Bordeaux, Lilles, Montpellier, Nantes et Strasbourg). En moins de 7 heures, 300 jeunes de 17 à 30 ans ont répondu aux questions de manière anonyme, ce qui est très rapide et dénote un intérêt très fort et une envie importante de s’exprimer sur cette question. 

Résultats de l’enquête Internet

La population d’enquête est composée de 230 femmes, de 63 hommes, de 2 non binaires, d’un « Hélicoptère de combat »[5], issus surtout de facultés (58,5%), d’écoles d’ingénieurs, d’écoles de commerce, d’IUT et de BTS. La population d’enquête est ainsi assez représentative de la population étudiante post lycée française, avec une certaine diversité de l’offre de formation en France. 80,7% d’entre eux se disent issus de la classe moyenne, 10,6% de la classe supérieure et 8,6% de la classe populaire (« vos parents appartiennent à quelle(s) catégorie(s) socioprofessionnelle(s) ? »). Plusieurs questions concernaient leur engagement pour l’écologie (« sur une échelle de 1 à 10, à combien vous estimez vous « écolo » ? » ; « Dans notre société quels changements souhaitez-vous pour la planète ? » ; « Qu’est-ce qui vous a beaucoup sensibilisé à l’écologie ?). Nous avions également des questions concernant leur vision de l’écologie (« dans notre société, quels changements souhaitez-vous pour la planète ? » ; « selon vous, qu’est ce qui est le plus efficace ? (Actions individuelles, collectives, les deux…) ? » et enfin, leur perception et définition de l’écologisme radical (« selon vous, qu’est-ce qu’un écologiste radical ? »). Ces questions renvoyant à leurs perceptions et leurs représentations sociales visaient donc à explorer les éléments identifiés dans la littérature. L’enjeu principal était de parvenir à cerner le niveau et les critères de radicalité de chaque répondant et ensuite, tenter de comprendre d’où pouvait provenir cette radicalisation. Bien sûr, ces résultats doivent être utilisés avec précaution. Comme le questionnaire a été déposé sur des groupes Facebook étudiants, le questionnaire a touché ceux qui font des études. Il est fort probable que le questionnaire ait également surtout attiré les jeunes déjà engagés pour l’écologie. Néanmoins, les résultats sont intéressants pour notre discussion sur la radicalité écologique.

Pour compléter ces résultats et les enrichir de manière qualitative, nous avons également mené des entretiens semi-directifs avec deux jeunes écologistes radicaux, ‘Noémie’ et ’Antoine’, que nous utilisons pour illustrer certaines réponses issues de l’enquête[6]. Ces deux sont radicaux (car ils se disent radicaux) qui répondent à la définition de Foreman : ils soutiennent qu’« il faut changer de système » (Noémie) et trouver la « cause originelle du problème » (Antoine), des discours typiques des radicaux ; selon eux, le capitalisme est « à la base des problèmes écologiques » (Noémie) et il faut « mener un combat anti capitaliste » (Antoine). Ensuite, ils remettent en cause notre rapport à la nature : l’humain ne devrait pas dominer la nature, au contraire, nous devrions être sur un même pied d’égalité et ils cumulent les pratiques écologistes, que ce soit dans leur vie quotidienne en arrêtant de manger de la viande, en ne prenant plus l’avion ou en faisant des actions de désobéissance civile. Leurs réponses correspondent de manière très forte aux réponses ouvertes et fermées des répondants au questionnaire.

Commençons par la seule question ouverte du questionnaire : « Qu’est-ce qu’un écologiste radical ? » auxquels ont répondu 165 enquêtés sur les 300. De manière surprenante pour cette catégorie de répondants, les jeunes ont une vision négative de la radicalité écologiste ! Pour eux, « radical » n’est pas un mot à connotation positive, il est tout de suite classé comme extrême, nécessairement « trop de » quelque chose qui demeure vague. Ainsi, ce qui revient dans les 165 réponses ouvertes, c’est que les écologistes radicaux « ne vivraient que pour l’écologie », « il serait impossible de dialoguer avec eux » car « ils seraient sans ouverture d’esprit », et qu’ils « voudraient imposer leur point de vue », et « pourraient être agressifs » et surtout, ils « seraient beaucoup dans le jugement, intolérants face à ceux qui n’agissent ou ne pensent pas comme eux ». C’est donc le regard social posé sur le radicalisme qui est ici à la base de leur réaction. Pourtant, à l’inverse, lors des entretiens, ‘Antoine’ et ‘Noémie’ nous ont dit ne pas chercher à influencer les autres ni à imposer leur point de vue : « je ne m’amuse pas du tout à convaincre les gens à (…) avoir des gestes plus écologistes. (…). Ca sert à rien de convaincre les gens un par un » (Antoine). Une autre tendance qui peut être observée dans les réponses est celle de l’image stéréotypée de l’écologiste radical, souvent renvoyée par les films de personnes vivant complètement à l’écart de la société, tel « Captain Fantastic » ou rejetant la modernité : « J’ai l’idée du stéréotype qui se lave pas, mange que de la salade, et renie ceux qui ne font pas comme lui, en brisant les vitres des boucheries. (…) », une image soutenue par les grands médias. Dans de nombreux films, les radicaux écologistes sont souvent les « méchants », comme dans « Kingsmen » ou le personnage Thanos dans la série Avengers. Pour sa part, dans son dernier livre, « Impact », O. Norek raconte l’histoire du processus par lequel un écologiste qui devient radical en vient à assassiner le PDG d’une grande compagnie pétrolière. « Avatar » de J. Cameron, qui fait l’apologie d’une approche spirituelle ‘Gaia’ de la relation à la nature, fait plutôt figure d’exception.

Ces différentes réponses soulignent à la fois un inconfort à l’égard de l’idée de radicalisme et une absence de consensus autour de la définition de l’écologiste radical chez les jeunes, chacun l’interprétant différemment mais souvent de manière négative ou stéréotypée. Pour autant, ils sont pour la plupart d’accord sur les efforts à allier discours et pratiques et à donner une très grande priorité à l’écologie. Ainsi, certains jeunes ne se disent pas radicalisés écologistes soit parce qu’ils ont peur d’être stigmatisés soit, pour d’autres, parce qu’ils ont la conviction d’agir « pour de bonnes raisons ». D’autres encore ne « pensent pas faire assez d’actes écologistes » pour être qualifiés d’écologistes radicaux, à l’instar de Noémie qui expliquait être radicale « dans les pensées mais pas dans les actions », alors qu’elle cumule des pratiques écologistes individuelles dans sa vie quotidienne et participe à des actions de désobéissance civile – ce qui est perçu par la majorité comme étant radical.

Deux catégories de jeunes écologistes

La diversité dans les représentations sociales de la radicalité écologique nous a amené à scinder notre population d’enquête en deux groupes. Les premiers sont ceux qui se disent radicaux tandis que les seconds sont ceux que nous qualifions de radicaux en raison de leurs discours et des actes qu’ils rapportent, qu’ils se disent écologistes radicaux ou non.

Pour faire cette distinction, il a fallu croiser les réponses aux différentes questions renvoyant aux discours d’une part, et d’autre part, à leur propre positionnement de radicalité sur une échelle de 0 à 10, 0 correspondant à un climato-sceptique et 10 à un écologiste radical. Une analyse minutieuse des réponses a révélé que le profil des jeunes se disant écologistes à 8, 9 et 10 était assez similaire. Ils tiennent les mêmes discours très engagés, cumulent les pratiques écologistes et s’engagent ou aimeraient s’engager dans un futur proche dans des actions collectives en faveur de l’écologie. Nous les avons donc rassemblés dans une seule et même catégorie, les jeunes écologistes se revendiquant radicaux. Ils sont 65, 14 hommes et 51 femmes, pour un total de 21,7% de la population d’enquête. Il faut tenir compte bien entendu du faible nombre d’hommes, mais on peut remarquer que les hommes et les femmes sont proportionnels en termes de revendications de radicalité.

Pour le second groupe, nous avons regardé chacun des 300 répondants pour distinguer l’écologiste engagé de l’écologiste radical. Au final, 69 jeunes parmi les 300, sont radicalisés selon nos critères, ce qui représente 23% de la population d’enquête totale. Sur leur propre classement, il y avait une variance de 5 à 10. Pour autant, à la lecture de leur profil, 18 jeunes écologistes se disant 8 et 9 ne correspondaient pas à nos critères et ont donc été enlevés. Il s’agissait de jeunes engagés pour l’écologie mais non radicalisés, soit parce qu’ils n’en avaient pas le discours, soit parce qu’ils n’accumulaient pas d’actions qui allaient à l’encontre de l’ordre public ou des normes sociales en vigueur. Leur classement renvoyait donc à leur perception de soi.

C’est en analysant l’origine sociale qu’une différence est apparue entre ceux qui se disent radicaux et ceux qui le sont selon nos critères. C’est la classe moyenne supérieure qui recense le plus de jeunes se disant écologistes radicaux mais c’est, dans notre enquête, la classe populaire qui recense proportionnellement le plus de jeunes radicalisés selon nos critères au sein de sa population. Si 22,72% des jeunes de la classe moyenne se disent radicalisés, il s’agit de 15,38% de la classe populaire. A l’inverse, 27% des jeunes de la classe populaire sont radicalisés selon nos critères, de par leurs actes et leurs discours contre 23,5% des jeunes de la classe moyenne. Les répondants de la classe populaire se radicalisent donc légèrement plus. Ces résultats sont surprenants puisque les grandes enquêtes déjà réalisées sur le sujet montrent que la classe populaire n’est pas la plus impliquée en faveur de l’écologie. A grande échelle, verrait-on donc dans les classes précaires, moins d’impliqués certes mais plus radicaux qu’au sein des classes moyennes ? Nous sommes bien conscients que le nombre de réponses obtenues ne permet pas de généraliser à la population, il s’agirait d’un signal faible, mais nos résultats méritent que l’on s’y attarde car ils problématisent les liens souvent faits entre niveau de scolarité et environnementalisme chez les jeunes.

Malier explique qu’il faut « souligner la faible représentation des membres des classes populaires parmi les militants. L’écologie est pour l’instant restée un mouvement de classes moyennes, aussi bien électoralement que dans la composition sociale de ses militants » (dans Giraud, 2017). D’un autre côté, Bozonnet expliquait (2008) que la transmission de l’environnementalisme se faisait facilement si l’un des deux parents avait un niveau d’étude élevé. « Les enfants dont les parents ont un haut niveau d’études s’engagent dans l’action environnementale, même si eux-mêmes n’ont pas été socialisés par l’école et ne possèdent pas ce haut niveau » (p.16). Ceci montre que les individus engagés pour l’écologie ont soit eux-mêmes un haut niveau d’études soit leurs parents (en particulier la mère). Or, ce sont principalement les classes sociales favorisées qui font de longues études, la classe populaire ne devrait donc pas, en principe, être celle qui est la plus engagée. Le collectif Quantité́ Critique a observé les mêmes résultats chez les manifestants des marches pour le climat : il s’agirait en majorité de jeunes diplômés issus de catégories sociales supérieures : « Ceux qui se mobilisent sont d’abord des jeunes qualifiés et des enfants de cadres » (Libération 2018). Donc, que ces CSP soient davantage attirés n’est pas à remettre en question mais il s’agit plutôt ici de questionner les CSP comme facteur explicatif de la profondeur de radicalité écologique des engagés.

Un autre élément d’explication est offert par Comby pour qui (2019) « les personnes défavorisées sont écologistes à leur insu », puisqu’elles adoptent des pratiques écologiques par nécessité, comme ne pas prendre l’avion, manger moins de viande ou pratiquer les économies d’énergie ce qui expliquerait pourquoi ils ne se disent pas écologistes. Cependant, notre enquête nous amène à une différente conclusion sans exclure celle de Comby. Rappelons que selon nos critères, pour être un écologiste radical, il faut que l’individu ait une intention et qu’il allie grands discours et actions fortes. Les jeunes répondants à l’enquête qui sont issus des classes précaires ne peuvent donc pas être écologistes à leur insu en raison de leurs réponses. Quelle peut donc être la raison, peut-on faire une hypothèse à partir des résultats de notre enquête ?

En s’intéressant plus en détail à ces 7 jeunes issus de la classe populaire, il semblerait que le niveau d’étude atteint par le jeune lui-même (et non pas ses parents) joue un rôle dans leurs cas. En effet, le point commun majeur entre ces sept jeunes est qu’ils font tous ou ont fait de longues études, Bac+5. Ils estiment pourtant que la famille et l’école ne les ont pas beaucoup sensibilisés à l’écologie : 4 sur les 7 estiment qu’aucun membre de leur famille proche n’est écologiste, contrairement à ceux qui se disent écologistes radicaux (rassemblant les réponses de la classe moyenne, supérieure et populaire) qui étaient 74 %. A la question « Qu’est-ce qui vous a beaucoup sensibilisé à l’écologie ? », la famille et l’école arrivent dernières, largement derrière les médias et réseaux sociaux ; les films, documentaires et séries et les livres. Ceci conforte donc l’explication que le fait de faire de longues études joue un rôle indirect dans la radicalisation écologiste. Ces jeunes sont en pleine ascension sociale et on peut s’imaginer qu’ils côtoient beaucoup de jeunes de la classe moyenne supérieure, qui est la classe sociale se disant la plus engagée pour le climat et à laquelle ils essaient de ressembler. Un élément d’explication pourrait donc se retrouver dans l’éducation familiale, extra-scolaire qui, si elle n’a pas sensibilisé ses enfants à l’environnement, les a peut-être fortement encouragés à s’élever dans l’échelle sociale par l’éducation et l’école et ainsi, à les mettre en contact avec des valeurs et des discours écologistes. Ceci renvoie d’ailleurs à l’explication principale de Noémie, qui s’est engagée « parce qu’elle connaissait quelqu’un qui connaissait quelqu’un ». Elle a pu ainsi prendre contact avec des militants écologistes radicaux et très engagés dans la désobéissance civile qui lui ont non seulement donné l’envie d’en faire à son tour, mais aussi donné accès aux ressources nécessaires pour y participer. Il se pourrait donc qu’au-delà de l’éducation associée à l’environnement, la culture familiale relative aux études supérieures joue un rôle chez les radicaux issus des classes plus précaires. Puis, ces jeunes auraient développé leur engagement écologiste lors de leurs études supérieures.

*      *      *

Notre enquête offre des pistes de réponses mais aussi de réflexion pour de futures recherches.  La première, plus évidente concerne les rôles respectifs de la perception de soi et des critères plus ‘objectifs’ associés à la radicalité. Cette notion, bien étudiée dans le cas de la religion, n’a pas été l’objet des mêmes recherches en matière d’environnement, ce qui diminue la qualité des comparaisons et de la compréhension des deux phénomènes. Des enquêtes plus approfondies sur ces critères subjectifs et objectifs sont donc nécessaires.

Nos observations préliminaires, auxquelles nous ne nous attendions pas, soulèvent également des interrogations quant à la relation faite entre niveaux d’éducation et profondeur de l’engagement écologiste. En poursuivant cette ligne de recherche, en nous posant la question du radicalisme, ceci nous amène à penser que le rôle de l’éducation est plus complexe qu’attendu et qu’il peut être lié aux conditions sociales de la précarité. Bien sûr tous les précaires ne se radicalisent pas : la radicalité quelle que soit son secteur, n’attire toujours qu’une minorité. Et comme le décrit si bien le titre du rapport de Koschmieder et al., « les jeunes ont de fortes inquiétudes mais leurs comportements restent consuméristes ». La question pour les sciences sociales est de savoir quels sont les critères, les sources et les motivations qui font que certains jeunes se radicaliseront et d’autres non, et ensuite, pourquoi certains iront plutôt vers la religion, et d’autres vers l’environnement. En quoi la radicalisation écologique se différencie et se compare-t-elle de la radicalisation religieuse ou politique ?

Les travaux sur les facteurs de radicalisation religieuse pourraient donc être exploités dans ce sens, avec une méthode comparative, et ainsi offrir une bonne piste de départ sur ce sujet. Il faudrait interroger les conditions d’émergence du radicalisme écologique et religieux et les comparer. Par exemple, les travaux sur la radicalisation religieuse (Bonelli et Carrié, 2018 ; IRIS 2020) montrent que la précarité est un terreau fertile de radicalisation. Cela pourrait-il aussi jouer un rôle dans la radicalisation écologiste ? Ceci pourrait un facteur d’explication au nombre moins important de radicaux écologistes issus des classes précaires dans notre enquête, mais d’un radicalisme élevé. Il faudrait donc alors croiser les facteurs qui concourent à un type de radicalisation plutôt qu’un autre a sein de cette population, dans une seconde étude, avec entretiens semi directifs approfondis avec des répondants précaires radicaux et les comparer avec des précaires et non précaires non radicaux.

Notre analyse offre une piste, certains jeunes issus de familles précaires se radicalisant pour l’écologie dans une démarche générale de s’élever dans la société, en intégrant les codes d’une autre classe sociale se disant radicalisée. La rencontre entre l’éducation informelle des parents qui poussent leurs enfants à réussir par le biais de l’éducation et le milieu universitaire pourrait être un facteur de radicalisation écologiste de certains jeunes issus de la classe populaire. L’éducation formelle joue un rôle puisque revenir à la racine du problème implique de développer des réflexions sur le rôle du capitalisme, du consumérisme et du système politique dans la crise écologique actuelle, voire sur la relation humain-nature, qui nécessitent des outils de méthode et de réflexion transmis par l’éducation supérieure.

 

  • Elisa Gravier, Assistante de recherche, Chaire Planète Énergie Climat, Science Po Grenoble, elisa.gravier@etu-iepg.fr : Je m’intéresse aux inégalités sociales liées à la transition écologique, ainsi qu’à l’élaboration et à l’application des politiques publiques au niveau national comme international.
  • Stéphane La Branche, Coordonnateur scientifique du GIECO, Chercheur Indépendant associé Pacte, Institut d’études politiques de Grenoble, asosan95@hotmail.com Climatologue de la société, Coordonnateur scientifique du GIECO, chercheur indépendant associé à Pacte, Science  Po Grenoble, contributeur au 5e e 6e Rapport du GIEC/IPCC. Mes recherches portent sur la compréhension des freins et des moteurs aux changements de pratiques, de valeurs et institutionnels liés à la transition écologique.

Bibliographie :

Bonelli, Laurent et Carrié, Fabien. 3 février 2020. « La radicalité des jeunes en question ». Mondes sociaux, magazine de sciences humaines et sociales. Disponible sur : https://sms.hypotheses.org/23040

Alters Echo. 2008. « Vous avez dit radical ? » Alters Echos, journal de l’alternative en Midi-Pyrénées. N°12.http://www.mouvementutopia.org/blog/public/pdfs/Alters_echos_12.pdfConsulté le 15/01/2020.

Bonelli, Laurent et Carié, Fabien. 2018. La Fabrique de la radicalité. Une sociologie des jeunes djihadistes français. Paris : Éditions du Seuil.  304 p.

Bozonnet, Jean Paul, 2008. « Socialisation et engagement écologiste en Europe : L’école, la famille et l’environnementalisme en héritage ». Conférence Socialisation et engagement écologiste en Europe. Istanbul, Turquie. [En ligne]. halshs-00337789. 22 p. [Consulté le 20 juin 2020].Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00337789/document

Boy, Daniel. 10 octobre, 2019. « La radicalité absolue d’Extinction Rébellion conduit le mouvement à l’impuissance ». Le Monde. https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/10/10/la-posture-de-radicalite-absolue-d-extinction-rebellion-conduit-le-mouvement-a-limpuissance_6014903_3232.htmlConsulté le 04/02/2020

Carenews Info. 6 juin 2019. « Les mouvements écolos en France : sont-ils radicaux ? » Carenews. https://www.carenews.com/fr/news/13248-les-mouvements-ecolos-en-france-sont-ils-radicauxConsulté le 04/02/2020

Clivio, Ines. « Les jeunes mobilisés veulent sortir d’un modèle classique de croissance ». Interview de Yann Le Lann. Les Echos START. [En ligne]. 19 décembre 2019. [Consulté le 20 juin 2020]. Disponible sur : https://start.lesechos.fr/societe/environnement/les-jeunes-mobilises-veulent-sortir-dun-modeleclassique-de-croissance-1174835

CNRTL. « Définitions de « radicalité » ». https://www.cnrtl.fr/definition/radicalit%C3%A9 Consulté le 25/04/2020.

Didelot, Nelly. 16 août 2019. « Yann Le Lann : “La désobéissance augmentera tant que la réponse politique sera inexistante ». Libération. https://www.liberation.fr/planete/2019/08/16/yann-le-lann-la-desobeissance-augmentera-tant-que-la-reponse-politique-serainexistante_1745712Consulté le 28/03/2020.

Dufoing, Frédéric. 2012. L’écologie radicale. Paris : Infolio, 157 p.

Dupouey-Delezay, Aurélien. 2018. L’Ecologie radicale expliquée à ma belle-mère. Les Éditions du Panthéon. Collection : Essai. PP 176.

Estano, Nicolas. 2018.  « Radicalité et violence : les voies de l’engagement ». Le journal des psychologues, no. 362.

Flipo, Fabrice. 2010.  « La deep ecology, un intégrisme menaçant ou un libéralisme non-moderne? » hal-00958048 Disponible sur : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00958048/document

Giraud Baptiste. (2017, 16 octobre). « Le mouvement écolo ne reflète pas la diversité́ de la population ». Reporterre, le quotidien de l’écologie. Disponible sur : https://reporterre.net/Le-mouvement-ecolo-ne-reflete-pas-la-diversite-de-la-population

IRIS, « Changement climatique et terrorisme : pour éviter le simplisme », tribune de  Bastien Alex, consultable en ligne https://www.iris-france.org/97363-changement-climatique-et-terrorisme-pour-eviter-le-simplisme/.[consulté le 04/03/2020]

IRIS, « changement climatique et terrorisme : quelle corrélation ? », interview de Baillat Alice et Alex Bastien, 2017, disponible en ligne :  https://www.iris-france.org/93589-changement-climatique-et-terrorisme-quelle-correlation/?fbclid=IwAR2b0NG-MIThIQ4kwG6zPSqiyNcLdIXVUfCbEuVYNTUjE2v4InCTzJNjzS4consulté le 15/06/2020.

Koschmieder Alina, Brice-Mansencal, Lucie et Hoibian, Sandra. 2019. Consommation et modes de vie. Environnement, les jeunes ont de fortes inquiétudes mais leurs comportements restent consuméristes. CREDOC. N°308.

La Branche, Stéphane, 2019. « Écologie politique des étudiants d’université : vers une radicalisation ? », La Pensée Écologique. https://lapenseeecologique.com/ecologie-politique-des-etudiants-duniversite-vers-une-radicalisation-stephane-labranche/Consulté le 10/08/2020.

Lecoeuvre, Claire. 2019. « Des militants en quête de stratégie. Les écologistes tentés par l’action directe ». Le Monde diplomatique. https://www.monde-diplomatique.fr/2019/11/LECOEUVRE/60952 Consulté le 05/05/2020

Leboucq, Fabien. 12 octobre 2019. « Extinction Rébellion est-il un mouvement « radical » ? » Libération. https://www.liberation.fr/checknews/2019/10/12/extinction-rebellion-est-il-un-mouvement-radical_1756697 Consulté le 05/12/2020

Leopold Aldo. 1949. A Sand County Almanac. New York: Oxford.

Libération. 12 mars 2020. «Le mouvement pour le climat est moins générationnel que social». https://www.liberation.fr/debats/2020/03/12/le-mouvement-pour-le-climat-est-moins-generationnel-que-social_1781475 Consulté le 18 mars 2020.

Massiot, Aude. 15 mars 2019. « Écologie, la nouvelle génération passe aux actes. Témoignages ». Libération. https://www.liberation.fr/apps/2019/03/temoignages-ecologie-nouvelle-generation. Consulté le 30/03/2020.

Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, MENESR. (2015) Prévenir la radicalisation des jeunes. https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Prevention_radicalisation/20/2/prevention_livret_567202.pdf

Naess, Arnold. 1989. Ecology, community and lifestyle. Cambridge: Cambridge University Press.

Perin, Annabelle. 2 juin 2019. Marcher ne sauvera pas le climat : la radicalisation des associations écolos. SOCIALTER. [En ligne]. [Consulté le 20 juin 2020]. http://www.socialter.fr/fr/module/99999672/828/marcher_ne_sauvera_pas_le_climat__la_radicalisation_des_associations_colos_

Planeix, Ariel (26 février 2019). « La radicalisation comme phénomène complexe ». En attendant Nadeau, Journal de la littérature, des idées et des arts. https://www.en-attendant-nadeau.fr/2019/02/26/radicalisation-phenomene-complexe/ Consulté le 27/01/2020


[1] Voir le graphique Évolution de la part de Français préoccupés par l’environnement parmi une liste de 12 thèmes (chômage, immigration, Europe, etc.) (en %).CREDOC. N°308 – ISSN 0295-9976. Disponible ici : file:///Users/elisagravier/Downloads/CMV308%20(4).pdf

[2] Le groupe de 2020 est le plus radical à ce jour, avec de plus les ¾ étant végétariens pour des raisons écologiques.

[3]https://extinctionrebellion.fr/

[4] On peut aussi citer la deep ecology, le biorégionalisme, l’anarcho-primitivisme, l’écologie sociale, la décroissance, l’éco-agrarianisme, l’écosocialisme, l’écoféminisme, l’écologisme de droite.

[5] Nous n’avons pas d’explication pour cette surreprésentation des femmes.

[6] Ces deux jeunes de 20 et 21 ans très engagés ont été interrogés pour cerner leurs discours et les modes d’actions qu’ils soutiennent et pratiquent. Le premier a beaucoup développé la relation de l’humain avec la nature tandis que le second s’est plutôt attardé sur l’importance des actions collectives. La grille d’entretien s’est concentrée sur l’origine sociale et familiale, leur parcours et discours écologiste, leurs actions collectives et individuelles et enfin, leur définition du radicalisme écologiste. D’autres étaient prévus mais le confinement lié au COVID 19 a causé des difficultés.