L’Inde s’engage sur sa fiscalité pour booster l’investissement vert

Publié le 06 | 11 | 15

La délégation indienne continue de monter son dossier avant la COP21 fictive qui débutera le mardi 17 novembre. Après la couverture forestière, Thibault Brisebarre, et son équipe, se sont concentrés sur les enjeux financiers pour l’Inde, avec toujours un but : œuvrer pour le bien de la planète sans pour autant freiner la croissance du pays.

La délégation indienne a décidé de proposer 3 axes concrets en cette semaine spéciale « enjeux financiers ». Thibault Brisebarre, en Master 2 gouvernance de projets de développement durable à Paris-Saclay, et leader de la délégation indienne revient avec nous sur ces mesures.

Premier enjeu, la politique de subvention du pays qui doit être remise à plat et repensée vers l’écologie : « Avant, on subventionnait, à outrance, les énergies fossiles. ». Un financement qui a permis le développement rapide du pays, mais qui doit à présent selon lui « être redirigé vers les énergies vertes et renouvelables. ». Une taxe sur les énergies fossiles est également au programme.

 

Autre enjeu : la fiscalité. La délégation indienne veut frapper fort avec la mise en place d’une « exonération totale pendant 10 ans pour toutes les entreprises investissant dans les énergies renouvelables. ».

Dernier point pour l’Inde, de ce volet « enjeux financiers » : le droit à la propriété intellectuelle. Concrètement, le pays souhaite « favoriser les transferts technologies bas carbone. ». Thibault Brisebarre et son équipe considèrent que cette fragilité de la propriété intellectuelle au sein du pays, n’encourage pas les investisseurs à s’installer en Inde : « Leur garantir cette sécurité de leur propriété intellectuelle serait un message fort bénéfique à l’Inde. ».

Enfin, après un accord avec la Chine pour peser dans les négociations dans deux semaines, l’Inde serait sur le point d’agrandir ce partenariat avec un pays de l’hémisphère sud : « Le Brésil nous a contacté et souhaite développer un partenariat avec nous et la Chine pour peser dans négociations. »

Antoine Deiana, étudiant en M1 à l’IEJ Paris.



UN MOT À AJOUTER ?

169757 Commentaires


Commentez cet article


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *